Pourquoi venir dans le GP DIGIS?

Les étudiant.e.s viennent dans le Graduate Program pour de multiples raisons:

Le Graduate Program s’adapte aux besoins et au projet de chaque étudiant pour un programme individualisé et bénéfique. Centré sur la formation à la recherche et l’approche numérique en SHS, le Graduate Program débouche sur une reconnaissance des compétences des étudiants par l’obtention d’une certification sur le diplôme de master et leur permet de s’intégrer dans le milieu universitaire de la recherche, dans l’optique d’un doctorat.

Voici quelques témoignages d’ancien.ne.s étudiant.e.s sur DIGIS:

J’ai beaucoup apprécié les cours sur la conservation des données suite à la recherche. Ce n’était pas des questions que je me posais : que fait-on des données récoltées durant une étude une fois qu’elle est terminée. 

Ancienne étudiante en master CMW (2023), actuellement dans un autre master en alternance

Honnêtement toutes les conférences DIGIS ont été utiles ; que ce soit pour faire le mémoire de recherche en M2 ou pour maintenant coordonner des études dans mon travail actuel ! J’ai beaucoup apprécié les conférences très pratiques comme celles de Plan de Gestion des données avec Philippe Gambette et les ateliers d’écriture d’un article scientifique avec Marc Barbier. Les séances plutôt illustratrices m’ont aussi beaucoup apporté et j’ai trouvé très intéressant de voir différents projets de recherche, autant pour la méthode que pour la thèse défendue (je ne connaissais pas les Folksonomies avant qu’Irène Langlet en parle et c’était très enrichissant). L’accompagnement personnalisé et la disponibilité de Marc Barbier et Judith Zajacz a aussi été d’une grande aide.

Inès Girard, ancienne étudiante de Master D2SN (2023), actuellement Chargée de missions cyberviolences sexistes et sexuelles au Centre Hubertine Auclert

Pour retrouver des témoignages d’étudiants, cliquez ici et pour vous renseigner sur les modalités d’inscription au programme, cliquez là.

Image: “GP DIGIS, les avantages”, Swanie Juret, 2024

Retour sur le séminaire “Numérique et communication: enjeux et perspectives”

Il est 17h45 lorsque le dernier séminaire de l’année commence. Issu du monde de l’entreprise, créateur d’une agence de communication digitale, auteur, Frédéric Boutet se présente et revient sur les enjeux numériques dans la communication.

Continuer la lecture de Retour sur le séminaire “Numérique et communication: enjeux et perspectives”

Retour sur le séminaire “Cas concrets d’exploration de textes scientifiques”

Il est 17h45 quand le séminaire commence. Ingénieure de recherche rattachée au laboratoire LISIS travaillant à l’école des Ponts, Frédérique Bordignon commence en présentant son parcours et son intérêt universitaire pour le numérique. Titulaire d’un doctorat dans la linguistique et travaillant dans le domaine de l’info-doc, cette universitaire s’est spécialisée dans la bibliométrie et dans la scientométrie. Frédérique Bordignon travaille sur des textes scientifiques. Ce séminaire est l’occasion pour les étudiants de découvrir des outils numériques et des méthodes universitaires innovantes à travers trois exemples concrets.

Pour retrouver ses travaux, rendez-vous sur son carnet hypotheses: https://carnetist.hypotheses.org/

Continuer la lecture de Retour sur le séminaire “Cas concrets d’exploration de textes scientifiques”

Le lien entre cli-fi et sci-fi

Dans le cadre du sprint numérique “Folksonomies: création littéraire et réseaux sociaux” et de leurs travaux, Bastien et Benjamin se sont penchés sur le livre Bleue comme une orange de Spinrad . A partir de ce livre et de leur recherche numérique sur les folksonomies, ils se sont intéressés au lien entre cli-fi et sci-fi et se sont demandés si la cli-fi pouvait être considérée comme un sous-genre de la sci-fi.

Continuer la lecture de Le lien entre cli-fi et sci-fi

Qui sont celles qui aiment la cli-fi?

Dans le cadre du sprint numérique “Folksonomies: création littéraire et réseaux sociaux” et de leurs travaux, et en partant du livre de Kingsolver Dans la Lumière, Luc, Leane et Isabelle se sont interrogés sur le lectorat qui lit de la cli-fi. Pour cela, ils ont traités par recherche numérique les listes de livres tagés “cli-fi” sur Babelio et leur public, en analysant le compte des utilisatrices et utilisateurs qui ont lu ces livres.

Ils se sont intéressés aux lectures de ces utilisatrices et utilisateurs pour tenter de définir un profil type à partir de ces informations.

Capture d’écran des lectures d’une lectrice de cli-fi
Continuer la lecture de Qui sont celles qui aiment la cli-fi?

Co-occurence entre cli-fi et humour dans le roman Solaire

Dans le cadre du sprint numérique “Folksonomies: création littéraire et réseaux sociaux” et de leurs travaux, Eline, Gwenaëlle et Bahia se sont penchées sur le livre Solaire de Ian McEwan. Après avoir compris comment était catalogué ce livre dans les sites comme Babelio, les étudiantes se sont questionnées sur la présence de tag “humour” dans ce livre, et plus largement dans la cli-fi. Elles ont ainsi entamées une recherche numérique pour trouver les co-occurences possibles entre cli-fi et humour et tenter de définir la présence d’un lien entre les deux.

Continuer la lecture de Co-occurence entre cli-fi et humour dans le roman Solaire

Retour sur le sprint “Folksonomies: création littéraire et réseaux sociaux”

Mi-mai s’est déroulé un sprint mêlant littérature et numérique autour des folkonomies et de l’utilisation des réseaux sociaux dans le catalogage littéraire: moment d’émulation intellectuelle pour les étudiants DIGIS et les étudiants du master LSCN.

Continuer la lecture de Retour sur le sprint “Folksonomies: création littéraire et réseaux sociaux”

Luc Seurin, étudier la littérature “beur” grâce aux outils numériques

Ayant repris des études universitaires après sa carrière professionnelle, Luc s’est engagé dans le master Littérature, Savoirs et Culture Numérique a décidé en M1 de se lancer dans l’aventure du Graduate Program DIGIS. Voici son retour d’expérience:

©Luc Seurin, 2024
Continuer la lecture de Luc Seurin, étudier la littérature “beur” grâce aux outils numériques

Béatrice Mundo et DIGIS, retour d’expérience

Etudiante italienne, Béatrice est arrivée dans le master Lettres Modernes en L3 pour un échange Erasmus. Elle a choisi de continuer en master dans l’université pour bénéficier du cadre privilégié des études à Gustave Eiffel. En commençant son master LSCN, elle découvre le graduate programme DIGIS et son programme de bourse et décide alors de se lancer. Voici son expérience au sein du programme DIGIS, où elle a décroché un stage dans le cadre de son master et du programme Cité des Dames.

©Béatrice Mundo
Continuer la lecture de Béatrice Mundo et DIGIS, retour d’expérience
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search